Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2007

Le Plan B... comme Bruxelles.

13a076df989c0d08537aa60d68167d45.jpg"Un accord a été trouvé à Bruxelles, qui sauve les apparences et permet de sortir de l'impasse où se trouvait l'Union européenne" juge François Bayrou dans un communiqué, "mais le prix à payer est lourd" : au lieu d'un "traité court, lisible, compréhensible par tous", "nous aurons une série d'amendements à des traités anciens qui rendent le texte une fois de plus illisible", au lieu d'"un traité simplifié, on aura un traité plus compliqué encore", déplore le président de l’UDF. Autre regret : "on devra attendre 2017" pour que le "mécanisme de décision soit complètement en place, et 2014, après les décisions très importantes de ces prochaines années, pour qu'il commence à peine à produire son effet". "Toutes les innovations du traité constitutionnel qui visaient à rendre l'Europe compréhensible par les citoyens et à lui donner de l'âme ont été abandonnées", déplore François Bayrou. Par exemple, le préambule sur les valeurs de l'Europe ou les symboles d'unité (drapeau, devise, hymne).

ac342b1a9af5e8b882803a4b9428e9d0.jpgEn revanche, il considère que "des dispositifs intéressants ont été sauvegardés" comme la présidence stable, le haut-représentant pour la politique étrangère. Il approuve également "l'affirmation de la solidarité en matière énergétique et de l'objectif de protection des citoyens européens". "On est sorti de l'ornière, mais en retardant pour une décennie ou en abandonnant" des "objectifs précieux et des progrès essentiels pour les citoyens européens", conclut François Bayrou.

b6e576e2112df766f3c0aab01ef75d00.jpgSaluant l'accord sur l’ébauche d’un mandat pour la prochaine conférence intergouvernementale, Graham Watson (président des démocrates et des libéraux pour l’Europe au Parlement européen) a déclaré :

"Tout va se jouer dans le détail. C'est un pas en avant pour l'Europe mais une victoire pour personne."

"La difficulté d’arriver à un accord entre 27 pays souligne le besoin d’un Traité révisé."

"L’intégration européenne continuera a être guidée par les développements du monde extérieur plutôt que par un idéalisme interne."

"Nous devons créer une Union adaptée pour les objectifs et nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre."

ad1ef6a0e6a7de6208484b869d8bba0a.jpgAndrew Duff (LibDem ; Royaume-Uni), et  porte-parole de l’ADLE pour les affaires constitutionnelles) a quant à lui déclaré :

"C'était un accord difficile à atteindre, et le Conseil, forcé de travailler à l'unanimité, s’est montré médiocre. La CIG, maintenant programmée pour débuter le mois prochain et sous le consentement du Parlement européen, devra faire mieux que les chefs de gouvernement afin d’aboutir à un meilleur traité pour une Union européenne plus forte et plus démocratique."

"Le grand choc de cette nuit était la détermination de Tony Blair à se retirer de la charte européenne des droits fondamentaux dont le seul but est de protéger le citoyen contre tout abus d’autorité de l'Union européenne."

"La dispense britannique de la charte représente juridiquement un vice de forme et est politiquement injustifiable. Le fait que le Royaume-Uni a un système de droit coutumier renforce plutôt le besoin de davantage de protection des droits de l'homme et de codification des principes de la démocratie sociale."

Liens :
Site de l'UDF
Site de l'ADLE

14:00 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : europe, plan B, union européenne, ALDE, ADLE | | |  Facebook |

Commentaires

European Union Leaders Reach Deal On Reform Treaty?
I’ve so many doubts about it.
Here an image about European Union:
http://avenidacentral.blogspot.com/2007/06/union.html

Écrit par : Pedro Morgado | 25/06/2007

Démocrate-libéral, je ne peux qu'approuver votre propos.

Salutations centristes.

Écrit par : Prof Shadoko | 25/06/2007

Sommet européen : face au regain d'euroscepticisme, la présidence a obtenu le meilleur résultat possible.

Intervenant le 27 juin après-midi en session plénière du Parlement européen à Bruxelles, à l'occasion d'un débat public avec la présidence, Graham WATSON, président de l'ADLE, a remercié la Chancelière Angela Merkel :
"Votre action sur le changement climatique et la sécurité énergétique étaient déjà à apporter au crédit d'une présidence remarquable que la convocation de la Conférence intergouvernementale sur la réforme institutionnelle achève de couronner. Pourtant cet accord a un prix", a regretté M. Watson. "Les eurosceptiques ont été récompensés à la hauteur de leur capacité de nuisance, à coup de reports, de retraits et de dérogations. En retour, les amis de la Constitution ont du se contenter de peu alors même que le texte avait été signé par chacun des 27 Etats membres. Six mois est une période suffisante pour qu'une présidence s'affirme, mais avec le règne d'Angela Merkel les promesses potentielles de la future présidence stable du Conseil sont d'ores et déjà démontrées".

Andrew DUFF (LibDem, Royaume-Uni), porte-parole de l'ADLE pour les Affaires constitutionnelles, a remercié la Chancelière des résultats politiques du Conseil européen :
"L'Allemagne, une fois libérée de la présidence de l'UE, devra lutter contre les tentations d'Europe à la carte qui constitue le triste héritage de M. Blair. Elle devrait prendre l'initiative d'utiliser, pour la première fois, les dispositions du nouveau Traité en matière de coopération renforcée", a-t-il dit.

De son côté Silvana KOCH-MEHRIN (FDP, Allemagne), première vice-présidente de l'ADLE, a déclaré :
"La présidence allemande s'est donnée les moyens de ses objectifs ambitieux. Nous nous félicitons de la feuille de route pour la réforme institutionnelle tout en déplorant le manque de transparence du document de la présidence qui pourrait bien à terme poser des problèmes à l'Union. Du reste Il n'y a pas encore de réelles améliorations. Il n'y a pas de garantie quant à l'application des décisions - la Conférence intergouvernementale doit encore se dérouler et les 27 pays devront ratifier le Traité. Ces étapes sont autant d'invitations pour d'autres blocages par les gouvernements populistes".

Écrit par : buildfreedom | 28/06/2007

Les commentaires sont fermés.