Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2007

Andrew Duff lance un appel pour que le compromis sur le Traité ne soit pas remis en cause

f47254133f783578b6b83d56844a330b.jpgA la veille de l'ouverture de la Conférence intergouvernementale (CIG) chargée de rédiger le Traité modificatif, Andrew DUFF (LibDem, Royaume-Uni) a fait la déclaration suivante :

"Le travail de la CIG consiste à traduire dans un Traité modificatif en bonne et due forme le mandat confié par le Conseil européen afin qu'il puisse entrer en vigueur le plus vite possible. Dans la mesure où nous débattons et négocions ces matières constitutionnelles depuis la Déclaration de Laeken en 2001, aucune excuse ne peut être invoquée désormais pour faire marche arrière. L'Europe a un besoin urgent d'un meilleur système de gouvernement et d'une plus grande capacité d'action, tant au plan intérieur qu'extérieur".

"Le Traité modificatif s'annonce comme un grand pas en avant pour la démocratie parlementaire, pour une citoyenneté reposant sur un régime moderne de valeurs et droits fondamentaux".

"Le Traité modificatif reprend les meilleurs dispositions du projet constitutionnel précédent, et inclura quelques réelles améliorations, notamment concernant les politiques énergétique et environnementale et l'élargissement  de l'Union".

"J'attends avec intérêt de contribuer aux travaux importants de la CIG, laquelle doit clarifier toutes les ambiguïtés contenues dans le mandat, régénérer le consensus politique qui sous-tend l'ensemble du compromis, et garantir la sécurité juridique. Chacun au sein de la CIG, et pour le moins les trois observateurs du Parlement européen, a le devoir d'expliquer et de justifier la raison d'être de ce nouveau traité devant  l'opinion publique et parlementaire."

00:20 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.