Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2007

Addullah Gül est l'homme qu'il faut à la tête de la Turquie

03f15d421a1a9956e17c715c0faa850c.jpgSaluant les résultats largement prévisibles de l'élection présidentielle turque, Graham WATSON, président de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, a déclaré :

"Ne considérons pas la foi musulmane personnelle d'Abdullah Gül comme une intention de convertir la Turquie en Etat islamique."

"M. Gül est un homme politique et un homme d'État accompli qui a toutes les qualifications pour devenir un excellent président de la République turque. Je suis certain qu'il ne représente aucune menace pour le caractère laïque de l'Etat. Son succès à promouvoir une intégration plus étroite de la Turquie avec l'Union européenne renforce plutôt qu'il n'affaiblit le sécularisme démocratique de la Turquie."

Andrew DUFF (LibDem, Royaume-Uni), vice-président de la délégation du Parlement pour les relations avec la Turquie, a commenté :

"L'accession d'Abdullah Gül à la présidence de la République turque est pleinement méritée et profondément démocratique. Son mandat comme ministre des Affaires étrangères a démontré sa totale implication en faveur de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, fondée sur le respect des droits de l'homme et de l'Etat de droit".

"Fort du soutien massif de la Grande Assemblée nationale, le Président Gül doit maintenant recevoir l'appui total des forces armées. Les archéos-kémalistes doivent adapter leur idéologie matérialiste à la réalité démocratique de la Turquie moderne."


Alexander LAMBSDORFF (FDP, Allemagne), rapporteur fictif de l'ADLE pour les relations UE-Turquie a ajouté :

"L'AKP a désormais le contrôle de toutes les Institutions démocratiques turques. Cette position de force lui confère une grande responsabilité. Il appartient maintenant au Président et au Premier ministre de s'assurer que la démocratie turque ne respecte pas seulement la majorité mais aussi le pluralisme. M. Gül doit être le président de tous les Turcs et le gardien d'une République turque laïque dans laquelle les minorités se voient reconnues le plein respect par les Institutions d'Etat, quelque soit leur appartenance ethnique et leurs convictions religieuses ou politiques. La Turquie reste un voisin important de l'UE avec qui nous devons maintenir un rapport étroit de confiance tandis que les négociations d'adhésion doivent se poursuivre dans un esprit de franchise et de compromis."

17:55 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, turquie | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.