Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2007

Transparence: L'ALDE relance la campagne sur l'accès aux documents

9b844406287445d6b2650730f2d368e3.jpgMarco Cappato (Radicale, Italie) considère que la campagne menée par l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe en faveur de la transparence des travaux de l'UE s'intègre dans le cadre du processus qui mènera à une révision du règlement sur l'accès aux documents.

M. Cappato est rapporteur au sein de la commission des Libertés civiles pour répondre au Livre vert de la Commission européenne relatif à la mise en oeuvre du Règlement 1049/2001/CE sur l'accès aux documents. Son premier document de travail a été présenté cette semaine en commission parlementaire.

Marco Cappato pointe un certain nombre de faiblesses du régime existant en la matière, liées tant à la qualité des informations disponibles pour le grand public, qu'à leur quantité et à leur accessibilité effective. "Nombre de documents ne figurent pas sur les registres officiels, l'information n'est souvent pas totalement disponible ou difficile à trouver alors qu'il est déjà complexe de s'y retrouver dans les procédures internes des différentes Institutions".

"Le règlement de 2001 devrait être révisé pour garantir le principe du plein accès à tous les documents. Il est inadmissible que le Conseil, co-législateur au sein de l'Union européenne, refuse toujours le plein accès aux documents discutés dans ses groupes de travail, tels que les amendements proposés par les représentants des Etats membres, leurs positions et le compte-rendu des votes, ce qui rend concrètement impossible de suivre le processus décisionnel."

"La Commission devrait de son côté tenir son registre à jour et le compléter, alors que le Parlement pourrait améliorer la publicité de ses activités, par exemple en diffusant sur Internet ses travaux en commissions parlementaires et en accroissant la transparence des accords intervenus en première lecture".

Cette révision est d'autant plus nécessaire qu'une nouvelle "zone grise" en matière de transparence est probablement en passe d'apparaître concernant les modalités de transposition des directives de l'UE dans les législations nationales. L'Accord interinstitutionnel de 2003 relatif au "Mieux légiférer"  relève à cet égard qu'il existe trop souvent des différences entre le texte d'une législation européenne et sa transposition nationale, qui rend parfois complexe la perception par le public de l'intention du législateur européen et en brouille la portée. La publication d'un tableau précis de corrélation comparant l'original européen et le texte de la loi nationale est réclamée par l'ADLE dans le cadre de sa campagne sur la transparence.

18:15 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook |

29/08/2007

Addullah Gül est l'homme qu'il faut à la tête de la Turquie

03f15d421a1a9956e17c715c0faa850c.jpgSaluant les résultats largement prévisibles de l'élection présidentielle turque, Graham WATSON, président de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, a déclaré :

"Ne considérons pas la foi musulmane personnelle d'Abdullah Gül comme une intention de convertir la Turquie en Etat islamique."

"M. Gül est un homme politique et un homme d'État accompli qui a toutes les qualifications pour devenir un excellent président de la République turque. Je suis certain qu'il ne représente aucune menace pour le caractère laïque de l'Etat. Son succès à promouvoir une intégration plus étroite de la Turquie avec l'Union européenne renforce plutôt qu'il n'affaiblit le sécularisme démocratique de la Turquie."

Andrew DUFF (LibDem, Royaume-Uni), vice-président de la délégation du Parlement pour les relations avec la Turquie, a commenté :

"L'accession d'Abdullah Gül à la présidence de la République turque est pleinement méritée et profondément démocratique. Son mandat comme ministre des Affaires étrangères a démontré sa totale implication en faveur de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, fondée sur le respect des droits de l'homme et de l'Etat de droit".

"Fort du soutien massif de la Grande Assemblée nationale, le Président Gül doit maintenant recevoir l'appui total des forces armées. Les archéos-kémalistes doivent adapter leur idéologie matérialiste à la réalité démocratique de la Turquie moderne."


Alexander LAMBSDORFF (FDP, Allemagne), rapporteur fictif de l'ADLE pour les relations UE-Turquie a ajouté :

"L'AKP a désormais le contrôle de toutes les Institutions démocratiques turques. Cette position de force lui confère une grande responsabilité. Il appartient maintenant au Président et au Premier ministre de s'assurer que la démocratie turque ne respecte pas seulement la majorité mais aussi le pluralisme. M. Gül doit être le président de tous les Turcs et le gardien d'une République turque laïque dans laquelle les minorités se voient reconnues le plein respect par les Institutions d'Etat, quelque soit leur appartenance ethnique et leurs convictions religieuses ou politiques. La Turquie reste un voisin important de l'UE avec qui nous devons maintenir un rapport étroit de confiance tandis que les négociations d'adhésion doivent se poursuivre dans un esprit de franchise et de compromis."

17:55 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, turquie | | |  Facebook |

28/08/2007

Graham Watson marque le décès de Gaston Thorn

b071d78dcaa4ab3ccee825ca8be6e826.jpgA l'occasion de la première réunion du groupe ADLE après la pause estivale, le président des démocrates et des libéraux européens, GRAHAM WATSON rendra hommage à Gaston Thorn, ancien membre du Parlement européen (1959-1969), vice-président du groupe et premier président du parti ELDR, ainsi qu'ancien Président de la Commission européenne et ancien Premier ministre du Grand Duché du Luxembourg.

"Gaston Thorn a été un libéral précurseur, cherchant toujours le débat, le provoquant pour finalement réformer. Il a ainsi enrichi le débat européen avec un libéralisme moderne qui souligne le besoin d'un marché libre combinée à la responsabilité sociale. Ces idées - considérées comme inconcevables voilà 30 ans - sont désormais pleinement intégrées dans le corpus idéologique des partis politiques, de droite comme de gauche. Nous continuerons à faire notre miel, dans le futur, de ses pensées, de ses discours et de son action politique".

17:40 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thorn | | |  Facebook |