Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2007

L'ADLE veut une stratégie européenne à long terme contre le terrorisme

cfcf5fd2b8ff30acf954497200b00eb7.jpgLors du débat qui s'est tenu aujourd'hui en session plénière au Parlement européen, les députés démocrates et libéraux ont invité le Conseil et la Commission européenne à revoir la stratégie actuelle en matière de lutte contre le terrorisme et à présenter une stratégie de long terme.

Le président de l'ADLE, Graham WATSON a comparé la portée exagérée de la politique européenne dans ce domaine avec la Lex Gabinia qui en 67 avant Jésus-Christ donna aux Consuls investis par le Sénat un droit de poursuite sur l'ensemble des provinces romaines et non plus sur une seule afin de mieux combattre la piraterie en Méditerranée.

"Nous ne pensons pas une minute que les lois anti-terroriste européennes soient inutiles. Nous devons faire plus en termes d'aide mutuelle pour davantage de coopération juridique. Nous devrions même disposer d'un Bureau Fédéral d'investigation (FBI) européen. Ce que nous voulons dire c'est que lois doivent être adéquates aux menaces", a insisté Graham Watson.

2b34d983fefcbd5922adfa425016d21c.jpgAlexandre ALVARO (FDP, Allemagne), coordonnateur de l'ADLE au sein de la commission des libertés civiles a souligné que l'Union européenne ne dispose pas d'une stratégie à long terme contre le terrorisme : "L'Europe doit décider quel rôle elle veut jouer dans la lutte contre le terrorisme. Jusqu'à présent, je n'ai vu aucune stratégie à long terme de la Commission ou du Conseil. Sans plan et sans stratégie nous nous contenterons de suivre les Etats-Unis. Il est temps que nous fassions le point et c'est pourquoi j'invite la Commission et le Conseil à présenter un plan à long terme pour lutter contre le terrorisme."

f1588ddeea4f222ed8264b3e8fe86995.jpg"Les Etats-Unis ne communiquent aucun résultat sur leur politique anti-terroriste, si bien qu'aucune évaluation démocratique n'est possible. Il est inacceptable que les gouvernements acquièrent un pouvoir illimité et non contrôlé sur leurs citoyens. Les Américains ont créé un système de surveillance qui leur donne accès à nos échanges d'e-mails, à nos préférences sexuelles, à l'information de nos cartes de crédit, à nos souhaits de régime alimentaire et ainsi de suite. Le Conseil et la Commission ne réagissent pas. Il est temps qu'ils prennent des décisions pour protéger les droits de leurs citoyens européens!", a ajouté Sophie IN'T VELD (D66, Pays Bas).

02d087d98b30340c05aba09fa5f30c23.jpgSarah LUDFORD (LibDem, Royaume-Uni) a déclaré : "Les entorses aux libertés civiles et particulièrement concernant la vie privée sont considérées d'une manière cavalière, ce qui est préoccupant. Les gouvernements européens passent le problème par perte et profit alors que les mesures sécuritaires adoptées par les Etats-Unis bafouent directement les droits des citoyens européens. Les mesures européennes contre le terrorisme sont opaques et avant de sacrifier davantage de nos libertés sur l'autel de la sécurité, il nous faut un débat ouvert avec la société. Une révision de l'efficacité des mesures prises, un vrai contrôle de l'action de l'UE, tant par les parlementaires européens que nationaux, s'avère essentielle".

17:35 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, terrorisme | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.