Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2007

L'immigration peut enrichir et revivifier l'Europe

Le Parlement européen a invité aujourd'hui la Commission européenne et le Conseil à concrétiser leurs promesses. Pour l'instant la Commission et le Conseil ont publié des rapports, avancé des propositions mais la véritable action et le financement ad hoc de Frontex font défaut.

59f1887c20f83c051169b2675505c9a6.jpgGraham WATSON (LibDem, Royaume-Uni) président de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, a interpellé la présidence portugaise : "Combien de personnes devront encore périr avant que les gouvernements ne s'aperçoivent qu'ils ne peuvent tout simplement pas relever le pont-levis de la forteresse Europe ?"

"La vérité est que n'avons pas d'alternative lorsque nous traitons avec les pays en voie de développement : soit nous acceptons leurs marchandises, soit nous acceptons leurs immigrants. Si nous ne voulons pas accueillir leurs travailleurs, alors il faut accepter qu'ils travaillent et produisent chez eux. J'invite la présidence portugaise à redoubler ses efforts afin de réduire les tarifs agricoles européens et faire en sorte que le cycle de Doha soit une réussite. Que la Commission établisse un ordre du jour généreux pour l'Afrique, en liant aide financière et ouverture des marché aux droits de l'homme et à l'Etat de droit et d'encourager des normes acceptables dans les pays d'origine."

"La migration ne va pas disparaître. Elle résulte d un cocktail fait de désespoir et d'espoir. Pourtant elle peut, si elle est correctement gérée, enrichir et revivifier l'Europe", a conclu Graham WATSON.

9400ea2d82f2a80b2d546ad700f6713a.jpgJeanine HENNIS-PLASSCHAERT (VVD, Pays-Bas), porte-parole de l'ADLE pour l'immigration et les questions de droit d'asile, a déclaré : "L'immigration est de par sa nature un problème frontalier et donc les Etats membres de l'Union européenne doivent agir ensemble. Une carte bleue européenne apportera de la clarté et serait un instrument de justice envers les gens qui veulent venir en Europe pour travailler. En termes économiques c'est une question d'offre et de demande."

"Frontex, l'agence de contrôle aux frontières de l'UE, a également besoin de ressources adéquates pour remplir sa mission. Les Etats membres doivent financer les projets qu'ils ont promis de financer", a-t-elle ajouté.

17ce6a66c451c01c4faaa1b6bad1d748.jpgJean-Marie CAVADA (UDF-Mouvement Démocrate, France), président de la commission parlementaire des Libertés civiles, s'est félicité que "l'on puisse enfin conjointement traiter l'immigration légale et illégale, les deux facettes d'une seule et même politique commune d'immigration, tant il est vrai qu'aucun pays ne peut à lui seul gérer les flux d'immigration". M. Cavada a réitéré son soutien aux dispositions du Traité modificatif en cours de négociation, assurant "qu'il est temps de mettre un terme au déséquilibre institutionnel actuel afin que l'immigration illégale devienne pleinement une politique commune et que l'immigration légale et l'intégration relèvent désormais de la majorité au Conseil et de la co-décision parlementaire".

05:05 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, immigration | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.