Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/10/2007

Vers une déclaration interinstitutionnelle sur la mise en oeuvre de la future politique européenne sur l'aide humanitaire

f62d77719a09c9355d6c40a17d1970b8.jpgThierry CORNILLET (UDF-Mouvement Démocrate, France), rapporteur permanent du Parlement européen pour l'Aide humanitaire, a fait adopter aujourd'hui à l'unanimité son rapport d'Initiative sur "un consensus européen sur l'Aide Humanitaire" en commission du Développement du Parlement européen. Il avait présenté son projet de rapport devant les Vingt Sept ministres du Développement des Etats de l'UE lors d'une réunion informelle du Conseil convoquée à Madère par le Présidence portugaise de l'Union européenne.

Cette résolution, qui sera soumis à la plénière de novembre à Strasbourg, servira de base à une négociation que doit également conduire M. Cornillet avec le Conseil et la Commission européenne, en vue de l'adoption d'une déclaration commune qui sera officiellement proclamée en décembre par les trois Institutions en marge de la session plénière du Parlement européen.

"L'Union européenne, associant Commission européenne et États membres, est le premier donateur d'aide humanitaire du monde. En adoptant ce consensus  elle sera à même de définir une position plus claire et de parler d'une seule voix sur la scène internationale dans le domaine de l'aide humanitaire, qui va devenir selon le prochain Traité, une politique à part entière de l'UE", souligne Thierry Cornillet.

Le rapport estime que les capacités militaires et de protection civile de l'UE devraient être déployées de façon à compléter et soutenir les travaux des organisations humanitaires, lesquelles devraient toutefois limiter leur action  aux cas où elles apportent une réelle valeur ajoutée.

Enfin, le rapport souligne la nécessité pour la Commission européenne de clarifier les relations entre les activités qu'elle soutient d'une part via l'Instrument de stabilité pour la prévention, la gestion et la résolution des crises (telles que le désarmement, la démobilisation, le retrait des mines, la réintégration des populations déplacées et des réfugiés, etc.) et celles d'autre part  que mène concomitamment ECHO, son Office d'aide humanitaire de la Commission.

04:40 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.