Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2007

La commission parlementaire de l'environnement ambitionne des normes pour une meilleure qualité de d'air

La commission de l'Environnement (ENVI) du Parlement européen a adopté aujourd'hui en deuxième lecture le rapport d'Holger KRAHMER (FDP, Allemagne) relatif à la qualité de l'air ambiant et à une plus grande pureté de l'air en Europe. La commission parlementaire réclame des objectifs plus ambitieux pour la qualité de l'air et la pollution atmosphérique en Europe mais exige également une plus grande flexibilité dans la législation afin de permettre aux Etats membres de s'adapter aux normes plus strictes.

ENVI  a voté pour diminuer la concentration de PM10 (particule fine d'un diamètre respectivement inférieur à 10 micromètres) à 33 microgrammes par mètre cube (33 µg/m3) en moyenne d'ici 2010, inférieure à la valeur limite actuelle de 40 µg/m3. Concernant les plus petites particules de poussière (PM2.5), le PE a convenu d'une valeur objective de 20 µg/m3 d'ici 2010 qui seront commuées en valeurs limites en 2015. Le Conseil  vise 25 µg/m3.

649f6f17da5df72557b513c5f395ffdf.jpgHolger Krahmer a déclaré : "Le vote d'aujourd'hui est un grand succès : les valeurs limites pour les PM2,5 et PM10 sont plus ambitieuses que les propositions du Conseil et de la Commission. Plus serait souhaitable mais certainement non réalisables s'il faut justifier les coûts d'un point de vue économique."

"Les Etats membres disposeront de la flexibilité nécessaire pour mettre en application la directive car il y aura la possibilité de prolonger les délais en utilisant l'exception si cela est nécessaire. L'obligation pour les actions à court terme est remplacée par des mesures prises à la base afin de diminuer l'émission de particules de matière, par exemple dans le domaine de l'agriculture ou les installations ménagères de chauffage. Les objectifs sont ambitieux mais nous conservons un équilibre entre un niveau élevé de sûreté de la santé et la faisabilité."


Il existe toujours des différences entre les positions du Parlement et celles du Conseil et de la Commission. En ce qui concerne les prochaines négociations M. Krahmer est optimiste : "Les premières discussions avec la Commission et le Conseil montrent un désir d'arriver à un accord émanant des deux côtés. Finalement, c'est la bonne qualité de l'air en Europe qui compte."

19:50 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.