Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2007

Trois actions pour marquer la journée européenne de lutte contre la traite des êtres humains

eb7737fff0b71d312f05987b9cacf051.jpgLes démocrates et les libéraux au Parlement européen ont lancé une campagne aujourd'hui pour marquer la première journée européenne de lutte contre la traite des êtres humains (le 18 octobre) laquelle vise à sensibiliser le grand public à cette forme de crime organisé. Chaque année on estime à plus de deux millions le nombre de victimes, la plupart du temps des femmes et des enfants. La campagne de l'ADLE pour lutter contre cette forme d'esclavage moderne se décompose en plusieurs actions.

Premièrement, l'ADLE, ainsi que l'ONG "Stop the Traffik", invite tous les citoyens européens à signer l'initiative mondiale pour lutter contre ce trafic, en vue de rassembler un million de signatures à présenter au Secrétaire général de l'ONU en février 2008. Cette pétition se trouve sur le site web incitant les dirigeants mondiaux à s'engager dans une importante campagne d'actions.

949ba946c4eb8cee888584fbbc4cfbcb.jpgDeuxièmement, les députés de l'ADLE ont déposé un amendement au budget 2008 de l'UE réclamant deux millions d'euros pour la création d'un numéro de téléphone européen simple à retenir et commun à tous les Etats membres. Cette ligne directe gratuite s'assurera que les victimes de la traite des êtres humains puissent recevoir l'aide sociale, psychologique et juridique de la part de professionnels, où qu'elles soient en Europe. "C'est une manière concrète d'aider toutes les victimes du trafic des êtres humains en Europe, en mettant nos paroles en actions. La commission budgétaire du Parlement a déjà approuvé cet amendement et l'ADLE invite la session plénière à confirmer le vote à la session de la semaine prochaine", a déclaré Karin RIIS-JORGENSEN (Venstre, Danemark) une des initiatrices principales de la campagne de l'ADLE.

00f8f9f02f96fbbf7cc4c839b10a5898.jpgTroisièmement, l'ADLE invite les Etats membres à signer et à ratifier la convention du Conseil de l'Europe sur l'action contre la traite des êtres humains. Pour l'instant, seuls 18 Etats membres ont signé la convention et seulement cinq d'entre eux l'ont ratifiée. "Les Etats membres disposent de législations différentes qui permettent aux trafiquants d'exploiter les ambiguïté du système. L'Union européenne doit absolument parler d'une seule voix et cet instrument juridique pourrait être un excellent outil. La Commission européenne doit également disposer de pouvoirs et de soutien afin d'élaborer des lois harmonieuses et efficaces à dimension européenne afin d'enrayer cet esclavage des temps modernes" a déclaré Silvia CIORNEI (Partidul Conservator, Roumanie), qui a également lancé la campagne de l'ADLE.

La campagne résulte d'une série d'autres initiatives que l'ADLE a entreprises cette année en luttant contre la traite des êtres humains, parmi lesquelles une déclaration parlementaire écrite émanant de plusieurs partis lancée par le groupe ADLE, une audition publique sur la façon d'améliorer la législation européenne dans ce domaine et des questions orales adressées à la Commission européenne.

19:35 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.