Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2007

Des idées novatrices pour lutter contre l'obésité

A l'initiative de Frédérique RIES (MR, Belgique) en collaboration avec Jean-Paul Allonsius, le président de BOLD, l'association belge des patients obèses dont Mme Ries est la marraine, un appel à l'action à destination des gouvernements européens a été lancé aujourd'hui pour reconnaître l'obésité comme une maladie chronique et pour lutter contre la stigmatisation des personnes obèses.

0c5489c87282dab8869d4a1eb7f7ac76.jpgAuteur d'un rapport parlementaire récent (« Promouvoir une alimentation saine et l’activité physique : une dimension européenne pour la prévention des surcharges pondérales, de l’obésité et des maladies chroniques »), la députée libérale a rappelé que 38% des femmes, 27% des hommes, et 5 millions d’enfants sont concernés par l’obésité en Europe. 7% des budgets nationaux de la santé en Europe sont consacrés à la lutte contre l'obésité et aux conséquences de cette pathologie: maladies cardiaques, hypertension, diabète gras. Un coût supérieur à celui lié aux maladies du tabac!

Frédérique Ries a déclaré : "Au lendemain de la journée mondiale d'éradication de la pauvreté, il est important de rappeler le lien avéré entre obésité et pauvreté. En effet, faute de moyens financiers, nombreux sont les foyers européens qui n'ont plus accès à des produits alimentaires à forte teneur nutritionnelle comme le lait de qualité, ou les fruits et légumes. C'est pourquoi une des contributions de l'Europe à la lutte contre l'obésité passe par une réforme en profondeur de la Politique Agricole Commune qui doit dorénavant favoriser la consommation de fruits et légumes à des prix accessibles pour tous."

Quels sont les outils qui ont été les plus pertinents ces dix dernières années afin de lutter efficacement contre ce qui est désormais considéré non seulement comme une maladie chronique évolutive, mais aussi, selon le commissaire européen de la santé Markos Kyprianou présent aux rencontres, comme une des principales menaces sanitaires du XXIème siècle ?

Quatre tables-rondes ont été organisées pour y répondre, qui ciblent chacune un axe fort: bouger, manger, soigner, légiférer. Plusieurs mesures ont été préconisées et soutenues par le panel d'experts, des mesures qui figuraient dans le rapport de Frédérique Ries adopté par le Parlement européen en février dernier: encourager l’activité physique; "brider" un marketing publicitaire parfois trop agressif, en particulier celui à destination des enfants; réorienter la politique agricole commune européenne en faveur d'une promotion de la consommation des fruits et légumes, etc.

Frédérique Ries n'a pas hésité à souligner l'ampleur de la crise. "Une crise que seule une approche holistique, couplée à une farouche volonté politique pourra contrer", a-t-elle dit.

En marge de la conférence, le commissaire pour la santé publique a présenté des prix aux gagnants d'un concours d'élèves scolaires pour designer une affiche qui a pour but la promotion d'une régime alimentaire plus sain.

06:55 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.