Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2007

Aucune nécessité d'un autre comité de sages pour débattre de l’avenir de l'Europe

dd15e97e0c15bc9b80aad70f808609d8.jpgS'adressant au premier ministre espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, aujourd'hui au cours d'un débat au Parlement européen sur l’avenir de l'Europe, Graham Watson (président de l'alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe) a exprimé son opposition à la suggestion du président Nicolas Sarkozy de créer un comité de sages afin de réfléchir sur l’avenir de l'Europe :

"Je ne vois aucune nécessité d'un autre groupe de sages pour discuter de l’avenir de l'Europe. Nous avons déjà fait cela. C’était la période de réflexion et elle est terminée."

"Nous sommes à mi parcours de la stratégie de Lisbonne et c’est seulement maintenant que nous accomplissons les progrès sur la croissance et l’emploi, que nous réalisons le marché unique, que nous libérons le potentiel de nos entrepreneurs et que nous mettons en place des voies légales pour la migration afin d’aider aussi bien les économies développées que celles en voie de développement."

"Ce n’est pas le moment de refaire l'Union à l'image de la France, ni de la modeler sur la vision britannique glorifiée d'une zone de libre échange. L’Europe a besoin davantage de politiciens qui soient disposés à mener et à adopter une approche paneuropéenne. M. Zapatero, votre vision d'une Europe intégrée, ouverte et compétitive est celle partagée par beaucoup et que les progressistes de tous les partis dans ce Parlement souhaitent voir réussir et se développer."

"L’Espagne est souvent et à juste titre félicitée pour son développement économique et sociale depuis qu’elle a rejoint notre union. Nous avons besoin d’autres pour suivre votre exemple et votre ambition pour une Europe prospère et ouverte."

34213458bf8f4f4c588d74b6a74cdc48.jpgIgnasi Guardans (CiU, Catalogne, Espagne) a plaidé pour que les actions soient cohérentes avec les mots :

"Nous devrions saluer l'engagement du président du gouvernement espagnol pour une Europe plus forte et dotée d’une véritable dimension politique. Mais il doit être jugé par ses actions et celles de son gouvernement."

"Il ne suffit pas de parler avec enthousiasme de l'Europe aux grandes occasions, si par la suite on ne se préoccupe que de politique intérieure, laissant ainsi le champ libre aux autres."

20:35 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : strategie, lisbonne, zapatero, sarkozy | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.