Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2008

Barak Obama, un président pour un nouveau partenariat euro-atlantique

watson290.jpgLes démocrates et les libéraux au Parlement européen applaudissent des deux mains la victoire bien méritée de Barack Obama. Le sénateur Obama a bouleversé la carte électorale américaine, refondé le débat politique outre-atlantique et redonné du sens à l'avenir de son pays.

"Candidat, Barack Obama s'est engagé à mettre un terme aux divisions entre Américains et entre l'Amérique et la communauté internationale : devenu Président, il lui reste à concrétiser cet engagement."

"Sur sa table du bureau ovale, une longue liste de défis l'attend: crise financière, Irak, Afghanistan et tant d'autres problèmes. Mais en Europe, le Président Obama trouvera un partenaire et un ami, prêt à renforcer les liens entre l'Union européenne et les Etats-Unis d'Amérique afin de travailler en commun à la recherche de solutions communes", a déclaré Graham WATSON, président de l'ADLE.

"Cette élection place les dirigeants européens sous les feux de la rampe. Si nous regardons autour de la table du Conseil des ministres et de la Commission européen, nous voyons vingt-sept chefs d'Etat et de gouvernement blancs, et vingt-sept commissaires blancs. Quel sera le premier pays européen à briser le tabou et à donner confiance à un dirigeant de couleur ?"

lambsdorff90.jpgAlexander LAMBSDORFF (FDP, Allemagne) a ajouté : "Barack Obama a promis le changement, il doit maintenant le mettre en oeuvre. Nous, les Européens, espérons aussi un changement, un changement de ton dans les relations transatlantiques. Les défis sont aussi nombreux qu'ils sont complexes: la crise financière, le changement climatique et la paix et la sécurité en Afghanistan, en Irak et le Moyen-Orient. Barack Obama s'est engagé à davantage nous consulter, en échange, il attendra plus de contribution des Européens dans les moments cruciaux."

Les commentaires sont fermés.