Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2007

Le Parlement soutient le déploiement de troupes de l'UE au Tchad et en Centrafrique

L'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe se félicite du soutien apporté par le Parlement européen à l'envoi d'une force mixte UE-ONU au Tchad et au Centrafrique, approuvé hier par le Conseil de sécurité des Nations-Unies, en vue de protéger les camps de réfugiés darfouris installés sur ces territoires et d'assurer les arrières des troupes européennes et internationales en cours de déploiement au Darfour voisin sous mandat de l'ONU.

9710989ab9dd17939c936dbe073f5962.jpg"La résolution que nous approuverons demain participe de notre détermination à mettre un terme au conflit au Darfour", a expliqué Annemie NEYTS (VLD, Belgique), coordinatrice de l'ADLE au sein de la commission parlementaire des Affaires étrangères. "Nous appuyons la création d'une force de police neutre qui n'a pas à choisir son camp mais s'attachera à faire respecter le droit humanitaire international. Le Parlement sera tenu informé des préparatifs en cours et du déroulement de l'opération", a-t-elle ajouté.

1f8eb69a3766b27f77b4e4a6b362e4c7.jpg"Des accusations ridicules de néo-colonialisme ont été portées contre une opération humanitaire qui sera en fait conduite sous drapeau européen et autorisée par les Nations-Unies", a relevé le général Philippe MORILLON (UDF-Mouvement Démocrate, France). "Ce type d'intervention est très exactement ce que nos concitoyens attendent de l'Union européenne, comme elle l'a déjà fait au Congo, c'est à dire appuyer le droit international et participer à la résolution des conflits dans le cadre multilatéral de l'ONU", a-t-il conclu.

05:10 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, afrique, darfour, intervention | | |  Facebook |

12/07/2007

Pour une solution politique au Darfour

133cad8172cc414bfb3c9095724046d0.jpgLe Parlement européen, réuni aujourd'hui en session plénière à Strasbourg, a adopté une résolution commune sur la situation au Darfour particulièrement sévère à l'encontre du Soudan. Un mois et demi après l'appel solennel pour le Darfour lancé à Bruxelles par le Prix Nobel de la Paix, l'Archevêque émérite Desmond Tutu, les eurodéputés ont en effet rappelé les conditions nécessaires à une résolution politique du conflit. Dans l'attente, la résolution, soutenue pour l'ADLE par Thierry CORNILLET (UDF-Mouvement Démocrate, France), exhorte la Communauté internationale à maintenir la pression sur Khartoum en faisant respecter plus rigoureusement les mesures restrictives déjà prises par l'UE et l'ONU.

Cette résolution fait suite à une mission d'information parlementaire au Darfour dont les observations confirment la responsabilité du gouvernement soudanais dans la catastrophe humanitaire se déroulant sur son territoire, et sa complicité avec certaines des bandes armées coupables d'exaction. Le pessimisme est de rigueur dans la mesure où la force hybride Union Africaine/ONU ne sera déployée qu'au printemps 2008 au mieux et que d'ici là la Mission de l'Union Africaine au Soudan (MUAS) demeurera la seule force d'interposition alors même qu'elle n'en a ni les capacités techniques, ni matérielles. La résolution appelle d'ailleurs l'UE et les autres donateurs internationaux à continuer à financer la MUAS et s'inquiète du non paiement des soldats depuis plusieurs mois bien que l'UE ait respecté la totalité de ses engagements financiers.

Thierry Cornillet, Rapporteur Permanent pour l'Aide Humanitaire, qui faisait partie de la mission parlementaire, a fait valoir que le Darfour constitue la plus grosse opération humanitaire jamais réalisée et absorbe un sixième du budget d'ECHO :

"Il faut être conscient que la crise du Darfour est appelée à durer, et que donc l'aide humanitaire aussi ; toutefois, elle ne durera pas éternellement. L'UE n'est pas une super ONG, elle doit aussi aider à la résolution politique du conflit."

Liens :
Proposition de résolution au Parlement européen (B6-311/2007)

18:30 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Darfour, europe | | |  Facebook |

02/06/2007

Darfour

« Les plus graves crimes contre l’humanité se répètent sous nos yeux au Darfour. Il faut un engagement international pour imposer la paix. »

Les coprésidents du Parti démocrate européen, François Bayrou et Francesco Rutelli, se sont rendus au Darfour en février 2005 – malgré un premier refus de visa par le gouvernement du Soudan. François Bayrou a mesuré l’ampleur du drame, et appelé à un engagement international pour imposer la fin du conflit.

« Plus de 200 000 civils morts, 2 millions de personnes parquées dans des camps à l’intérieur du Darfour, 200 000 hommes, femmes et enfants réfugiés au Tchad ! Deux millions et demi de personnes dépendent de l’aide internationale pour l’alimentation et les soins médicaux !

C’est une obligation humanitaire, politique et morale pour les gouvernants français, européens, de faire cesser le martyre du Darfour.

Le refus par le gouvernement soudanais d’accepter l’intervention de soldats de l’ONU, et la poursuite d’opérations militaires extrêmement dures, exigent que la France agisse.

Il faut faire véritablement respecter l’exclusion aérienne (des attaques aériennes précèdent souvent les raids djandjawids). Des appareils radars Awacs et quelques chasseurs y suffiront.

L’Europe doit aussi accroître significativement son aide humanitaire et permettre aux ONG de travailler librement et en sécurité dans les zones de conflit. Elle doit obtenir du gouvernement soudanais qu’il cesse son offensive armée et accepte le déploiement d’une opération de maintien de la paix de l’ONU, afin de mettre un terme à la violence.

Et elle doit obtenir la réouverture en urgence de négociations afin d’aboutir à un accord politique. Cet accord devra prévoir la représentation des Darfouriens aux différents niveaux du gouvernement soudanais, une garantie réelle de désarmement, et une garantie de sécurité au retour, pour les déplacés et les réfugiés.

Nous avons le devoir de faire quelque chose pour mettre fin à cette horreur. »

Interview dans Le Figaro, 5 mars 2005.

Lien(s):
Discours à l'Assemblée nationale sur la situation au Proche-Orient, 7 septembre 2006

00:55 Publié dans Les propositions de François Bayrou | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Darfour, Soudan, ONU, Afrique, international, Europe, ONG | | |  Facebook |