Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2007

Elections : modes de scrutin

« Tous les Français doivent être représentés à l’Assemblée. Y compris ceux dont j’ai toujours combattu les opinions. »

La démocratie représentative supppose une juste représentation des citoyens au Parlement. Tous les grands courants d’opinions doivent donc être présents à l’Assemblée. Le mode de scrutin doit inciter à une juste représentation de la majorité féminine du peuple, comme des origines, des expériences professionnelles ou culturelles dans leur diversité.

«  Tous les citoyens français ont un droit égal à se voir représenter au Parlement. Aujourd’hui, 19 % d’entre eux sont représentés par 63 % des sièges, tandis que 50 % de ceux qui sont allés voter au 1 er tour des présidentielles ne sont représentés par personne ! Tous les courants d’opinion principaux, au-dessus de 5 % des voix, doivent être représentés par des élus à l’Assemblée nationale.

Les idées extrémistes, je préfère les combattre à découvert, àl’Assemblée, plutôt que de les voir progresser à bas bruit dans la frustration de la représentation et la facilité du silence.
 
Je propose d’attribuer 50 % des sièges par circonscription – des députés qui représentent les territoires ; et 50 % des sièges à la proportionnelle par liste nationale, comme en Allemagne. Ainsi, la réalité territoriale de la nation et sa réalité politique, sont-elles représentées à égalité.
 
Au point de désaffection de la démocratie où nous sommes arrivés, il faut franchir un autre pas. Je suis partisan d’instaurer le vote obligatoire, avec pour contrepartie la reconnaissance du vote blanc : on ne peut plus laisser d’infimes minorités décider à la place des majorités. Dans un pays où l’école et l’assurance sociale sont obligatoires, la participation aux choix de la cité ne peut pas rester optionnelle. 
 
Je suis, aussi, plutôt favorable au vote des étrangers aux élections locales : il est normal qu’une personne, quelle que soit sa nationalité, qui réside depuis dix ans en France et participe à la vie locale puisse aussi exprimer ses choix dans la vie de la cité.
 
Il s’agit d’ouvrir une époque nouvelle : remettre de la démocratie dans notre République. »

02/06/2007

Cumul des mandats

« Je suis pour un mandat unique des députés. »
Rendre à l’Assemblée nationale son rôle et sa responsabilité, cela passe, selon François Bayrou, par l’interdiction du cumul.

« Je veux restaurer dans notre pays la démocratie de représentation. Cela signifie que le Parlement soit respecté et fasse son travail, que les parlementaires participent aux débats du Parlement.

Nous ne pouvons plus continuer avec des parlementaires absents ! Nous ne pouvons plus continuer à délibérer avec 1 ou 2 % de la représentation nationale. La République nouvelle doit adopter le principe du mandat unique pour les députés. Et les députés doivent en avoir les moyens, en termes de statut et de collaborateurs - ce qui impose qu'il y ait moins de députés.

J’ai été président de Conseil général en même temps que député, et même ministre, pendant presque dix ans. C’était exténuant, mais intéressant ! Et les Mitterrand, Chaban, Lecanuet, ont été de grands cumulards ! Le temps acceptait que le patron surveille de loin, se contentant de choisir ses collaborateurs, et arrêtant seulement les grandes options, un ou deux jours par semaine.

Nous sommes entrés dans des temps plus exigeants. Le cumul empêche de s’investir calmement dans une tâche, de prendre les repères, les habitudes et les marques du débatteur et du législateur.

Je propose deux décisions drastiques, qui sont déjà la règle au Parlement Européen.

1) si l'on n'est pas là, on ne vote pas : pas de délégation de vote.
2) si l'on n'est pas là, on n'est pas payé.
Et il y a une Assemblée de notre Parlement qui doit comprendre des élus locaux, de grands responsables d’exécutif : c’est le Sénat. La République a besoin que la voix de ses collectivités locales soit représentée dans la délibération des lois et participe au contrôle du gouvernement. Le Sénat est le lieu naturel du dialogue entre les responsables des grands exécutifs locaux et les gouvernants nationaux. »

Lien(s):
Discours "Refonder nos institutions et notre démocratie", le 16 décembre 2005