Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2007

L'Europe a besoin d'un observateur indépendant pour lutter contre la bureaucratie

c454fad30ba64ee7898e70e562555519.jpgLe Parlement européen a invité aujourd'hui la Commission européenne à réduire drastiquement les coûts administratifs imposés par la législation de l'UE. Dans un rapport largement approuvé par la session plénière, Jan MULDER (Pays Bas, VVD) demande la nomination d'un observateur indépendant pour lutter contre la bureaucratie.

Jan MULDER a déclaré : "Demander aux fonctionnaires de jeter leur propre travail à la poubelle c'est un peu comme demander au serpent de se mordre la queue. Pour s'assurer que l'Union européenne remplissent ses objectifs, il faut des mesures plus transparentes et un observateur indépendant pour lutter contre la bureaucratie."

Le salaire de cet observateur est déjà disponible, en raison d'un amendement de l'ADLE - que le rapporteur a déposé l'année dernière au budget 2007 de l'UE. Mais il ne plaide pas seulement pour moins de législation à un niveau européen. Les Etats membres doivent aussi s'assurer qu'ils n'ajoutent pas de lois en plus de la législation européenne.

Jan Mulder a ajouté : "Nous devrions garder à l'esprit que 'Bruxelles' n'est pas la seule responsable de la bureaucratie. La réduction de la charge administrative est la responsabilité commune des différents Etats membres et de la Commission. Souvent, les Etats membres interprètent mal la législation européenne ou simplement agrémentent les textes de Bruxelles pour leurs propres comptes. Par conséquent, nous invitons les Etats membres à indiquer exactement ce qui est exigé par la législation européenne et ce que les gouvernements nationaux ajoutent par ailleurs."

Le Président de la Commission José-Manuel Barroso a fait de la simplification de la législation européenne, une des principales contributions à la Stratégie de Lisbonne. Une législation susceptible d'aller à l'encontre de la compétitivité et des objectifs de croissance doit être abandonnée ou récrite par son administration dont le mot d'ordre est "une meilleure législation" et "moins, mais meilleure".

Le rapport d'initiative "sur la réduction au minimum des dépenses administratives imposées par la législation" est la réponse du Parlement européen à cette initiative. Veuillez trouver l'adresse du rapport ICI