Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2007

Civisme

« Le civisme, c’est recevoir, c'est aussi donner. »

François Bayrou appelle le pays à une « révolution civique » pour faire revivre « le projet français libéral, égalitaire et fraternel ». L’apprentissage du civisme doit commencer à l’école ; le service civique universel permettra à tous les jeunes d’en faire l’expérience concrète.

«  Les insultes dans la rue, les bras d'honneur, quand on "traite" quelqu’un, une femme, un prof, on dit "ce sont des incivilités" : je dis que ce sont des délits, punis comme tels par le code pénal !

La lutte commence à l' école. Et il faut prendre le taureau par les cornes. Chaque citoyen doit savoir ses droits et ses devoirs. Je propose qu'à l'école, plus spécialement au collège, on n’enseigne pas seulement l’éducation civique, mais que l’on enseigne aussi les rudiments de la loi, et qu'on se donne les moyens de les sanctionner au premier manquement. Si l'on sanctionne au premier manquement, peut-être n'y en aura-t-il jamais de second.
 
Je propose, depuis 2001, la création d'un service civique universel, concernant les garçons et les filles, qui amènera chacun à donner un moment de sa vie aux autres, aux plus fragiles, sur notre sol ou à l'extérieur. Je suis heureux d'avoir été le premier à proposer cette idée et j'ai été heureux de voir cette idée reprise… Tant mieux si ça peut faire avancer les choses !
 
Les jeunes ont besoin de sortir des ghettos, ghettos pauvres et ghettos riches, pour donner quelque chose d'eux-mêmes à la communauté civique. Et il y a des domaines entiers d’activité civique ou sociale qui ont besoin de ce don de quelques mois : la sécurité dans les transports en commun dans les grandes agglomérations, la surveillance des massifs forestiers, l’aide aux personnes âgées ou handicapées
 
La révolution civique, c’est aussi l’ activité universelle, pour sortir les exclus de l’ exclusion. Cela demandera une mobilisation d’énergies collectives sans précédent.
 
C’est le vote obligatoire, parce que dans un pays où l’ école est obligatoire, où l’assurance sociale est obligatoire, la participation aux choix de la cité ne peut pas être optionnelle.
 
Le civisme, ce ne sont pas seulement des droits, mais aussi des devoirs. Le civisme, ce n'est pas seulement recevoir, c'est aussi donner. C’est l’une des conditions pour recoudre et réparer la France, socialement, territorialement. »

Lien(s):
Discours "La révolution civique" au conseil national du 10 juin 2006
Discours "Le nouveau modèle français" au conseil national du 16 janvier 2002

13:15 Publié dans Les propositions de François Bayrou | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : civisme, scrutin, école, collège, service, activité | | |  Facebook |

Citoyenneté

« Je veux rendre le peuple acteur, remettre les citoyens au cœur du pouvoir. »

Pour François Bayrou, notre démocratie est malade, car les citoyens sont mis à l’écart. Remettre les citoyens au cœur du pouvoir, c'est leur permettre d'être représentés, c'est également leur permettre de participer directement aux décisions qui les concernent.

« Je suis très sévère sur la manière dont fonctionne la démocratie française. Nous sommes, comme peuple, exclus de la plupart des décisions. Si le peuple ne devient pas acteur, les puissants ne bougeront pas.

Il y a la manière démagogique de voir, et il y a la manière démocratique. La manière démagogique cherche des boucs émissaires, ou dit "je vous suivrai où que vous irez, vos décisions seront les miennes". L'autre manière, démocratique, consiste à prendre le peuple des citoyens comme un acteur de premier plan, à le placer en face du pouvoir, en situation de partenaire.

La démocratie a deux aspects : représentation et participation des citoyens.
Le temps où l'on pouvait gouverner sans la participation des Français, ou contre eux, est révolu.

Chaque citoyen doit pouvoir se faire une idée des enjeux, des choix. Lui, citoyen, elle, citoyenne, ont le droit de savoir. C'est pour que les cartes soient sur la table que des règles - la séparation et l'autonomie des pouvoirs - ont été fixées depuis des siècles. Elles interdisent l'arbitraire et imposent la transparence.

Sous cette Vème République épuisée, les vraies cartes sont sous la table : un réseau opaque d' intérêts partisans, claniques, économiques, médiatiques, impose son influence à l'État. Victime directe : le peuple français.

Je suis un défenseur du concept d' éducation populaire. Le film d’Al Gore sur le changement climatique, c'est de l' éducation populaire : prendre le citoyen au sérieux, faire de lui le premier responsable du pays dans lequel il vit.

Je suis partisan de réhabiliter le référendum pour donner la base populaire nécessaire à de grands projets. Le référendum, sur un grand sujet, c'est le moyen de donner conscience des enjeux et d'entraîner la mobilisation. Le référendum place le citoyen en position de responsabilité, de gouvernant. Et non pas en position de consommateur qui ne pense qu'à sa situation personnelle.  »

Lien(s):
Discours au colloque "Développement durable : passer aux actes", 21 octobre 2006
Discours "La révolution civique" au conseil national du 10 juin 2006

Activité universelle

"Chacun peut être utile à la société"

Pour François Bayrou, l’inactivité est source d’exclusion. Donner aux titulaires de minima sociaux l’occasion de se rendre utiles à la société, c’est faire le premier pas vers la réinsertion.

"A tous ceux qui sont bénéficiaires de minima sociaux, je forme le voeu que l'on propose pas seulement un chèque mais une activité au service de l'intérêt général, dans une association, dans une collectivité locale - en dehors du secteur concurrentiel. Pour que chacun retrouve la certitude de son utilité, de sa compétence.

On sait bien, en effet, quel mécanisme exclut - et cela va très vite - ceux qui perdent le contact avec le travail, et perdent en même temps la reconnaissance de ce qu'ils sont. L'une des clés est de rendre l'estime de soi, la reconnaissance dans le regard de l'autre, à ceux qui sont dans l' exclusion. Même dans cette pauvreté, nous trouverons autant de richesses que chez ceux qui "réussissent".

L'activité universelle, c'est offrir à chacun de ceux qui sont bannis sa place dans la société que nous formons ensemble, c’est une idée de révolution civique. Je sais bien que c'est extrêmement ambitieux, mais c'est à la dimension d'un pays comme le nôtre.

Tout le monde possède une compétence, un savoir-faire. Des informaticiens diplômés sont cantonnés au RMI ! Les familles de RMIstes de mon village, je les connais depuis l'enfance. Ils savent faire plein de choses. Chacun peut surveiller la sortie d'une école, veiller à la sécurité des enfants. Tout le monde peut conduire, s'il a le permis de conduire, aider des personnes pour faire leurs courses. Chacun peut jouer un rôle dans les aéroports, dans les gares ; les personnes âgées sont souvent désorientées dans ces grands ensembles. Il y a mille et une tâches que l'on peut assumer dans la société pour retrouver le sentiment de sa compétence.

Cette activité permettra aussi aux titulaires de minima sociaux d'arrondir leurs fins de mois : les collectivités locales et associations auront les moyens de leur apporter une contrepartie, cumulable un certain temps avec le RMI."

 

Lien(s):
Discours de Clermont-Ferrand, 19 janvier 2007
Discours au colloque "Nouvelles solidarités contre l'exclusion", 7 octobre 2006.

00:15 Publié dans Les propositions de François Bayrou | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : activité, associations, civisme, emploi, exclusion | | |  Facebook |