Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2011

Pierre Manent à l'Université Populaire du Mouvement Démocrate

bayrou, modem, manent, liberalisme, democratie, universite, populairePierre Manent, directeur d'étude à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), développera le thème "Se gouverner et être gouverné en démocratie", le mercredi 30 mars de 19h à 20h30, au siège du Mouvement Démocrate.

Les démocraties européennes ont un défi majeur à relever : il leur faut retrouver leur capacité d’action, sur elles-mêmes et sur le monde. Les peuples d’Europe doivent retrouver les moyens de se gouverner eux-mêmes.

Pour cela, il est cependant nécessaire que les démocraties reconnaissent et acceptent les conditions qui rendent possible une action politique.

En particulier, la présence de gouvernants reconnus, libres et entreprenants n’est-elle pas une condition essentielle de la reconstruction démocratique ?

Pour se gouverner, ne faut-il pas d’abord être bien gouverné ? Pierre Manent nous aide à renouer avec la question centrale de la philosophie politique : celle du bon gouvernement.

L’entrée est libre, et ouverte à vos amis intéressés par le sujet. Venez nombreux !

Dans un souci de bonne organisation, nous vous invitons à confirmer votre présence à l'adresse suivante :
universitepopulaire@lesdemocrates.fr

03/12/2007

La popularité de Vladimir Poutine masque une démocratie profondément menacée en Russie

312c0b985d4afe2179b46516fdba4dd6.jpgDes résultats préliminaires indiquent que le président Vladimir Poutine et sa "Russie Unie" ont obtenu 63 % des voix. Avec une telle majorité, Vladimir Poutine va à nouveau briguer un mandat  pour diriger le pays, quelque soit le président élu en mars. Le Président des démocrates et des libéraux pour l'Europe, Graham WATSON a déclaré :

"Les résultats des élections montrent l'échec de l'Europe occidentale à comprendre la Russie et ses habitants. En Russie, comme en Biélorussie, quand les temps sont durs, les gens choisissent souvent ce qu'ils croient être la sécurité.  Le Président Vladimir Poutine a exploité avec succès les aspirations populaires en faveur de la sécurité, de  la stabilité et de la restauration de la fierté nationale. L'opprobre international qu'il porte comme une légion d'honneur a encore davantage renforcé sa crédibilité domestique. Cependant son populisme a tous les signes extérieurs d'un dictateur. La forte intimidation de la presse qu'il a imposée va de concert avec l'emprisonnement des dirigeants de l'opposition et des dirigeants de partis tels que Mikhail Khodorkovsky. Peut-être est-il temps pour le Conseil de l'Europe d'examiner si la Russie remplit toujours les conditions d'adhésion".

Janusz Onyszkiewicz (Palladium, Pologne), rapporteur sur les accords de partenariat et de coopération UE-Russie, a quant à lui déclaré :

f0fb3799fef632f4bb62b16ed1f8bcb0.jpg"Les résultats à la Douma russe ont confirmé toutes les prévisions. L'utilisation sans scrupules des moyens gouvernementaux et présidentiels pour soutenir uniquement un parti politique, la surveillance (souvent par les forces de police) de l'opposition démocratique, pratiquement privée de moyens financiers ainsi que d'accès aux médias électroniques a transformé les élections en référendum "pour ou contre" le candidat président sortant Vladimir Poutine. Les résultats des élections se lisent d'un côté comme l'élimination complète de l'opposition démocratique de la vie politique, ce qui la rend financièrement insolvable et intrinsèquement encore plus faible, et d'un autre côté ces résultats donneront plein pouvoir sur toutes les institutions politiques en faveur d'une personne dont le programme vise à construire un Etat encore plus fort, et celà peut mener à une dictature autocratique".

En outre, il est consternant de noter le fait qu'Andreï Lugovoï, suspecté d'avoir tué Alexandre Litvinenko, a gagné un siège parlementaire ce qui lui donne l'immunité.

21:20 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Poutine, russie, démocratie, election | | |  Facebook |

21/06/2007

La France présidente

Les institutions : obstacle à la démocratie ou conditions de la démocratie ?

 

Retour sur un slogan de campagne :

194a56273bcbee0ba4237218a420e5b6.jpg« La France présidente » est un slogan qui mérite qu’on s’y arrête. Non parce qu’il s’agirait de stigmatiser la mégalomanie de Ségolène Royal. Tout candidat à la présidence de la république possède à coup sûr un ego qui le distingue de ses concitoyens et personne ne saurait le lui reprocher. Il est heureux que même en démocratie, le régime par définition le plus égalitaire, les ambitieux trouvent un débouché institutionnel à leurs ambitions : tout le monde ne peut, ni ne veut, incarner la nation. Ce n’est pas non plus stricto sensu l’identification que ce slogan suppose entre la France et Ségolène Royal qui pose problème. De Gaulle lui-même s’identifiait jusque dans son nom à sa patrie. Non, ce qui choque et inquiète c’est l’abandon délétère à la mode de l’immédiateté dont ce slogan témoigne. En effet ce serait encore trop de dire que Ségolène Royal « se prend pour » Marianne ou Jeanne d’Arc. Car Marianne et Jeanne d’Arc sont des symboles. Ces deux figures, pour l’une historique et pour l’autre mythique, donnent à notre pays un contenu, une identité, qui impliquent une distance entre la réalité insaisissable de la France telle qu’elle est et sa représentation idéalisée dans ces deux figures. C’est dans cette distance que peut se déployer l’action politique. Le slogan de Ségolène Royal écrase au contraire toute forme de distance symbolique et court-circuite toute médiation politique. « La France présidente » c’est le triomphe de l’immédiateté et par là même la négation du processus politique par excellence qui impose le recours à un médiateur institutionnel.

Nous autres modernes, sommes impatients. Nous ne supportons pas d’être séparés des désirs que l’on fait naître en nous. La liberté, l’égalité, le bien-être matériel et spirituel sont des promesses que la « société » et ses représentants nous font mais qu’ils peinent à tenir. Nos désirs sont des ordres et les mots d’ordre de la démocratie formelle nous installent dans la position d’un enfant-roi auquel rien ne saurait résister, pour lequel tout serait possible, tout de suite. Un enfant capricieux (et ils le sont tous) tend la main vers les objets qui l’environne et trépigne à la moindre interdiction qu’on lui oppose. Mais ce même enfant se tournera finalement vers ses parents pour obtenir l’objet qu’il convoite et, lorsque l’éducation réussit, acceptera les interdits parentaux. Les parents jouent donc un rôle ambivalent à l’égard des désirs de l’enfant : ils sont à la fois un obstacle à leur réalisation et le moyen de leur accomplissement. Les parents s’interposent entre le désir de l’enfant et son objet. Ils le mettent à distance, le médiatisent pour, in fine, mieux le réaliser.

De même, ce sont les institutions qui rendent le monde viable, et toutes les institutions sont en un certain sens des médiations entre nous et nos désirs. Dans le domaine économique, il s’agit de l’argent. L’argent est fascinant parce qu’il est à la fois un moyen d’accès aux objets convoités (lorsque nous en avons) et un obstacle dans l’appropriation de ces mêmes objets (lorsque nous en manquons), il est une médiation nécessaire à la réalisation de nos désirs matériels les plus immédiats mais aussi un moyen de mettre ceux-ci à distance, de différer leur accomplissement. Dans le domaine politique, il s’agit des élus. Ce sont eux qui, serait-ce en notre nom et avec notre consentement, décident à notre place, et à ce titre ils nous donnent ou nous barrent l’accès au bien commun, selon le jugement que nous portons sur la qualité de leur action. Ségolène Royal semble rêver d’une politique sans élu comme d’autres ont pu rêver d’un monde sans argent. Mais dans les deux cas, il s’agit d’illusions dangereuses.

Au moment des campagnes électorales le peuple se réapproprie le pouvoir qu’il délègue le reste du temps aux élus. Le nouveau slogan de Ségolène Royal fait comme s’il était possible d’abolir cette délégation et de permettre au peuple entier de conserver l’exercice du pouvoir après l’élection : « La France présidente ». Au mieux, il s’agit d’un pieux mensonge, au pire du symptôme d’une complaisance à l’égard d’un ressentiment profond de notre pays à l’encontre de ses institutions et de ceux qui les incarnent qui ne laisse rien présager de bon.

Mais s’il ne s’agissait que d’un slogan il n’y aurait guère à s’inquiéter. Cependant, les jurys citoyens ou la démocratie participative ressortissent de même à une conception de la politique qui manifeste son impatience à l’égard de toutes les médiations. A cet égard, la photographie qu’utilise aujourd’hui Ségolène Royale sur ses tracts est remarquable. Sa chevelure ne se distingue pas du fond de l’image et l’on passe ainsi sans solution de continuité à son visage comme dans l’indistinction des origines le corps de la mère et celui de l’enfant ne font qu’un. La civilisation se constitue par le recours à des médiateurs. Le premier d’entre eux est bien sûr le père qui met à distance le désir de l’enfant tout en lui donnant une forme. A l’attachement primordial d’un enfant pour sa mère succède idéalement le désir objectal (adulte), informé par le désir du père. Ségolène Royal met en scène au plan politique cette sortie du monde « patriarcal » de la médiation. Mais sans médiation la France perdra sa substance, et agiter des drapeaux tricolores n’y changera rien. La France n’a pas de réalité tangible en dehors de ses institutions. Depuis les origines, l’Eglise, la royauté, la république ont médiatisé le rapport du peuple à lui-même, et lui ont ainsi épargné le double écueil de la tautologie et du narcissisme. Autrement dit ce sont ses institutions qui ont donné une forme, évolutive au cours de l’histoire, à notre pays.

On doit donc douter que la sortie du monde de la médiation soit une avancée. Il s’agit bien plutôt d’un régression de la civilisation au stade infantile, dont le moindre mal serait qu’elle ne soit que rhétorique.

 

[source]

04:50 Publié dans Libéralisme et institutions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Institutions, médiation, démocratie, participative | | |  Facebook |

11/06/2007

Législatives 2007, 1er tour : 7,61 %

Vos analyses et nos perspectives.

 

L'avis de Christophe Barbier (L'Express/LCI) et de Roland Cayrol (CSA/Cevipof) :


MoDem - C dans l'Air - 110607 - L'analyse de Barbier
envoyé par buildfreedom

Pierre Giacometti (IPSOS) fait part de ses réserves quant à la stratégie électorale de François Bayrou lorsque jaillit le raisonnement lumineux de Christophe Barbier, bientôt relayé par Roland Cayrol (CSA)...

20:40 Publié dans Scrutins | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Elections, législatives, démocratie, majorité | | |  Facebook |

07/06/2007

Sondages, analyses et commentaires

Vos analyses et commentaires sur les enquêtes d'opinion, leur actualité et leur histoire. Entre conjoncture et induction...

 

En préambule, notions de pluralisme et pression de groupe :

Tout paraît avoir été dit sur le peu de crédibilité qu’il faut accorder aux sondages : la collecte par téléphone d’une « information donnée » - donc non fiable - , la difficulté d’interroger certaines catégories sociales, les méthodes arbitraires de correction des données propres à chaque institut, la marge d’inexactitude jusqu’à quatre points - selon l’échantillon interrogé - qui réduit à néant le classement des candidats en-deçà de cet écart. D’où vient donc pourtant qu’en période électorale, on en publie autant ? Depuis 1981, le nombre de sondages par élection présidentielle a doublé, passant de 111 à 220 au 12 avril dernier, selon « Le Monde »...

Quoiqu’on ne dispose pas - sauf erreur - d’études incontestées qui mesurent avec précision l’influence des sondages sur un corps électoral, deux données peuvent pourtant expliquer cette boulimie. L’une n’est qu’une approximation qui est souvent avancée : on estime à environ 30 % le nombre d’électeurs qui, sans opinion arrêtée, se détermineraient au dernier moment dans l’isoloir. L’autre, en revanche, est l’enseignement qui a été tiré des expériences menées par Solomon Asch dans les années 1953-1956 sur « la soumission de l’individu à la pression du groupe  ».

L’individu seul face à la pression du groupe

Tout comme les chiffres de ventes de livres ou de films qui sont brandis - « 300.000 exemplaires déjà vendus » par-ci, « déjà 2.000.000 de spectateurs » par-là - les sondages visent, en effet, à placer l’individu isolé devant de prétendus groupes considérables donnés en modèle : « 80 % des Français pensent que...  » Seul devant son poste de télévision, sa source souvent unique d’information, l’individu est livré sans défense à la pression du groupe qui s’exerce sur lui sans partage. Et c’est ici que les expériences de Solomon Asch sont éclairantes.

Des expériences éprouvantes

- Dans leur trame de base, elles consistent à accueillir des groupes d’environ 10 personnes pour une prétendue expérience sur l’acuité visuelle : il est, en effet, demandé à chacun de repérer sur une série de cartes comportant 3 segments verticaux celui qui est égal au segment solitaire présenté sur une autre série de cartes. Quoi de plus simple, surtout quand les différences sont sans équivoque ? Seulement, un seul des participants ignore que les autres obéissent à S. Asch dans leurs choix qui sont souvent absurdes ; il s’agit, en fait, d’étudier uniquement sa capacité à résister ou non à la pression d’un groupe dont l’opinion est pourtant manifestement contredite par l’évidence : le groupe, par exemple, prétend que des segments de 3, 4 ou 5 cm sont égaux à d’ autres de 10, 12 ou 15 cm ! C’est quand même dur à « avaler » !

- L’expérience est éprouvante pour le sujet. Elle le soumet à un conflit intense puisqu’il est écartelé entre deux représentations de la réalité rigoureusement contraires : sa propre représentation des égalités et inégalités de segments et celle de tous les autres participants qui soutiennent le contraire. Le sujet connaît un ébranlement psychologique d’autant plus profond que les deux représentations sont inconciliables. L’une a la force probante de l’évidence : les objets représentés, des segments, sont on ne peut plus simples, élémentaires, excluant toute ambiguïté. L’autre a la force probante du pluralisme des sources dont la convergence accrédite la fiabilité d’une information forcément plus que la source unique qu’est le sujet.

- Ainsi placé devant ce dilemme, ce dernier vit-il un trouble extrême que trahissent ses hésitations, ses silences, ses soliloques, ses sourires embarrassés. Il ressent une véritable angoisse ou bien il s’interroge sur son intégrité physique et psychique, qu’il ait adopté l’opinion du groupe ou qu’il ait maintenu la sienne.

Les enseignements de ces expériences

Ces expériences ont livré ainsi trois enseignements principaux.

- Premier enseignement : une vulnérabilité générale à la pression du groupe.

Le premier enseignement montre qu’à des degrés divers, nul n’échappe à la pression du groupe : l’individu tend à conformer sa représentation de la réalité à celle du groupe. Deux cas de figure se présentent :1- soit le sujet renonce totalement à sa propre représentation fondée sur sa propre perception pour épouser celle du groupe ; et cette attitude se rencontre chez 36,8 % des sujets, soit plus du tiers d’un groupe ! 2- Soit le sujet maintient sa propre représentation, mais au prix d’un profond déséquilibre psychologique qu’il tente d’atténuer par un essai d’explication rationnelle incriminant un problème d’acuité visuelle personnel ou même une illusion d’optique.

- Le deuxième enseignement : la force probante du leurre du pluralisme des sources.

Le deuxième enseignement éclaire ce déséquilibre qui demeure cette fois chez les sujets insoumis : il s’exprime par un état de doute profond sur leur propre représentation : « A moi, disent les sujets cités par Asch, il me semble que j’ai raison, mais ma raison me dit que j’ai tort, parce que je doute de pouvoir être le seul à avoir raison tandis que tant de gens se trompent. » Ce doute est fondé sur le mécanisme de l’hypothèse autovalidante suivante : 1- un groupe constitue un pluralisme de sources plus valide que l’unique source d’un individu ; 2- or, je ne vois pas ce que voit le groupe ; 3- donc je ne peux prétendre avoir raison seul contre tout le groupe.

Or, dans le cas d’espèce qu’est l’expérience de S. Asch, contrairement à la croyance du sujet, le pluralisme des sources n’est pas établi. Le sujet est placé à son insu devant un leurre de pluralisme des sources : les 8, 9 ou 10 participants ne constituent pas des sources autonomes, mais de simples relais dépendant d’une source unique qui dicte les réponses à tous, Solomon Asch. Ce modèle permet de mieux comprendre l’apparent pluralisme des sources qu’on peut observer dans un pays jouissant de plusieurs chaînes de télévision, de radio, ou d’une multitude de journaux, et d’éditeurs. Si ces multiples émetteurs sont dépendants d’une source unique, le pluralisme des sources n’est pas constitué et laisse la place au leurre.

- Le troisième enseignement : le groupe, indicateur de la normalité.

Le troisième enseignement est l’existence chez l’individu d’un profond désir d’accord avec le groupe qui est perçu comme la référence de « la normalité ». 1- Un dissident face à un groupe est considéré comme « anormal », c’est-à-dire hors norme et sa vision n’est pas légitimée : cette position est inconfortable, déstabilisante, énergétiquement coûteuse. 2- Au contraire, la conformité de perception d’un individu à celle du groupe confirme l’individu dans la normalité et légitime son opinion ou son action. Cette position est confortable et rassurante.

Que 38,6 % des personnes choisissent de se conformer à l’opinion même absurde d’un groupe, en dépit du témoignage contraire de leurs yeux, c’est plus qu’il n‘en faut pour modifier les résultats d’un scrutin, surtout quand 30 % environ des électeurs font leur choix au dernier moment ! Sur quels critères s’appuient-ils ? Il peut donc être intéressant de les soumettre à la pression du groupe par des sondages répétés qui indiquent aux plus conformistes d’entre eux « le bon choix » à effectuer.

Les groupes ont beau, dans l’Histoire, avoir multiplié les égarements tragiques, rien n’y fait. [...] René Descartes, avait tranché dans son « Discours de la Méthode », paru en 1637 : « (...) La pluralité des voix n’est pas une preuve qui vaille rien pour les vérités un peu malaisées à découvrir, à cause qu’il est bien plus vraisemblable qu’un homme seul les ait rencontrées que tout un peuple. »

Jean de La Fontaine a renchéri en 1668 dans sa fable « Démocrite et les Abdéritains ». Les habitants d’Abdère traitent Démocrite de fou parce qu’il imagine que la matière est composée d’atomes : ils le "psychiatrisent" donc en invitant Hippocrate à l’examiner. Mais un bref échange avec Démocrite suffit au grand médecin pour découvrir que le fou n’est pas celui qu’on pense et La Fontaine de conclure : « Le peuple est juge récusable. / En quel sens est donc véritable / Ce que j’ai lu dans certains lieux, / Que sa voix est la voix de Dieu ? »

[Source]

02:15 Publié dans Libéralisme et pluralisme, Opinion(s) | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sondages, opinion, démocratie, pression | | |  Facebook |

Energie nucléaire

"Contre l'effet de serre, la France a besoin de ses centrales nucléaires"

Avant le développement de nouvelles sources d’énergie renouvelable, le nucléaire est la principale filière disponible de production énergétique sans émission de gaz à effet de serre. Le débat sur le nucléaire, ses risques, ses déchets, doit pouvoir avoir lieu : François Bayrou demande donc la transparence.

"Les Français ne veulent ni des émissions de gaz à effet de serre, ni des déchets nucléaires.

Or il n’existe guère aujourd’hui qu’une énergie non émettrice de gaz à effet de serre, c’est l’électricité, pourvu qu’elle soit d’origine éolienne, solaire (dans ses débuts seulement aujourd’hui), hydro-électrique (importante en France bien que mise en difficulté par la baisse de la pluviométrie), ou nucléaire.

Je pense indispensable et juste de rechercher et de mettre en œuvre toutes les sources d’énergie renouvelables. Mais si nous voulons respecter nos engagements, ne racontons pas d’histoires sur le remplacement prochain du nucléaire.

Et méfions-nous en particulier d’un mouvement qui est en train de se développer : la mise en exploitation de nouveaux gisements de charbon à destination des centrales électriques. Car, avec un pétrole plus rare et un gaz plus loin, c’est le retour en force de l’ancien charbon. Et là où le gaz pollue 100, le pétrole pollue 150 et le charbon plus de 200 !

Nous avons fait de lourds investissements et maîtrisé, nous qui n’avons pas de réserves fossiles, une filière de production énergétique de haute qualité. Certes, le nucléaire ne résoudra pas tous nos problèmes énergétiques. Ne nous cachons pas la vérité : cette énergie n’est certes pas sans risque. Les centrales nucléaires produisent des déchets radioactifs -actuellement confinables et qui, espérons-le, pourront être un jour retraités. Mais, dans l’ordre des urgences, au moins cette énergie nous permet-elle pour les prochaines années de moins charger l’air de CO2.

Et il y a, à propos du nucléaire, une zone de consensus possible entre les 'pro' et les 'anti', alors même que c’est un sujet passionnel. Cette zone de consensus, c’est l’obligation de transparence. Je ne vois pas ce que les pro-nucléaires auraient à en craindre. Sur ces 4g1/2 de déchets nucléaires par an et par Français, qui sont déjà à La Hague, les pro nucléaires, affirmant que les problèmes sont maîtrisés, n'ont rien à craindre de la transparence.

La transparence, avec la publication des rapports, la possibilité de saisine directe de l’instance de sécurité nucléaire par les associations, avec obligation de réponse, c'est un devoir pour ceux qui considèrent que le nucléaire est une arme dans la bataille économique.

Les conditions du débat public concernant le projet de nouveau réacteur nucléaire EPR (Réacteur pressurisé européen) n'ont pas été satisfaisantes. J'en ai beaucoup parlé avec des experts. Je pense qu'une pause de réflexion est nécessaire avant de poursuivre. C'est une décision extrêmement importante, il faut être sûr que l'on prend la bonne décision."

Lien(s):
Déplacement à Caen, 1er mars 2007
Colloque "Environnement : pour un avenir durable", 22 avril 2006
"Projet d’espoir", mars 2007.

00:50 Publié dans Les propositions de François Bayrou | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : climat, nucléaire, énergie, démocratie | | |  Facebook |

03/06/2007

Dette du tiers-monde

"Il est anormal de faire rembourser aux peuples des sommes détournées par des tyrans."

François Bayrou est l’un des rares hommes politiques à s’être prononcé, très fortement, pour la suppression de la "dette odieuse". Un principe de transparence et d'honnêteté doit guider l’ensemble de la politique de codéveloppement.

" Il est anormal de faire rembourser aux peuples des sommes qui ont été détournées par les tyrans qui les opprimaient. Cette dette doit être annulée, ce qui servira de leçon à ceux qui prêtent de bon cœur à des dirigeants, en sachant à l'avance l'usage détourné qui en sera fait.

Ce principe de transparence, d’honnêteté, doit caractériser notre politique étrangère dans son ensemble.
Je veux assainir en profondeur la politique que mène la France avec les pays du Sud, en lui donnant désormais une seule ligne : la démocratie n'est pas le fruit du développement. La démocratie c'est le développement, et même dans un grand nombre de cas, la condition du développement. Tous les hommes y ont droit, pas seulement ceux qui ont la chance d'appartenir à un pays riche."

Lien(s):
Discours au colloque Relations internationales, 22 juin 2006

01/06/2007

Citoyenneté

« Je veux rendre le peuple acteur, remettre les citoyens au cœur du pouvoir. »

Pour François Bayrou, notre démocratie est malade, car les citoyens sont mis à l’écart. Remettre les citoyens au cœur du pouvoir, c'est leur permettre d'être représentés, c'est également leur permettre de participer directement aux décisions qui les concernent.

« Je suis très sévère sur la manière dont fonctionne la démocratie française. Nous sommes, comme peuple, exclus de la plupart des décisions. Si le peuple ne devient pas acteur, les puissants ne bougeront pas.

Il y a la manière démagogique de voir, et il y a la manière démocratique. La manière démagogique cherche des boucs émissaires, ou dit "je vous suivrai où que vous irez, vos décisions seront les miennes". L'autre manière, démocratique, consiste à prendre le peuple des citoyens comme un acteur de premier plan, à le placer en face du pouvoir, en situation de partenaire.

La démocratie a deux aspects : représentation et participation des citoyens.
Le temps où l'on pouvait gouverner sans la participation des Français, ou contre eux, est révolu.

Chaque citoyen doit pouvoir se faire une idée des enjeux, des choix. Lui, citoyen, elle, citoyenne, ont le droit de savoir. C'est pour que les cartes soient sur la table que des règles - la séparation et l'autonomie des pouvoirs - ont été fixées depuis des siècles. Elles interdisent l'arbitraire et imposent la transparence.

Sous cette Vème République épuisée, les vraies cartes sont sous la table : un réseau opaque d' intérêts partisans, claniques, économiques, médiatiques, impose son influence à l'État. Victime directe : le peuple français.

Je suis un défenseur du concept d' éducation populaire. Le film d’Al Gore sur le changement climatique, c'est de l' éducation populaire : prendre le citoyen au sérieux, faire de lui le premier responsable du pays dans lequel il vit.

Je suis partisan de réhabiliter le référendum pour donner la base populaire nécessaire à de grands projets. Le référendum, sur un grand sujet, c'est le moyen de donner conscience des enjeux et d'entraîner la mobilisation. Le référendum place le citoyen en position de responsabilité, de gouvernant. Et non pas en position de consommateur qui ne pense qu'à sa situation personnelle.  »

Lien(s):
Discours au colloque "Développement durable : passer aux actes", 21 octobre 2006
Discours "La révolution civique" au conseil national du 10 juin 2006

Chine

"Je suis du côté des défenseurs des droits de l’homme et des principes de liberté."

François Bayrou s'est indigné de la complaisance de certains à l'égard de la "rapidité" de la justice chinoise, ou du "modèle" de développement économique que représenterait ce pays.

"Je suis du côté des défenseurs des droits de l’homme et des principes de liberté, non du côté du Parti communiste chinois. Je refuse d’être soumis aux puissances qui ne respectent pas les droits de l’homme. Du Tibet à Tien-an-Men, chacun sait ce qu’il en est de la réalité des droits de l’homme, et de la main de fer qui interdit même la liberté sur internet.

Il faut oser dire, de France et en Chine, que nous n’acceptons pas ces manquements qui ne correspondent pas à nos principes. Depuis des années, les gouvernants français croient à tort que, pour faire du commerce avec la Chine, il faut se taire sur les violations des droits de l’homme. Je pense au contraire qu’ on est d’autant plus respecté qu’on est capable de défendre des principes.

Sur le plan économique, je n’accepte pas le silence sur les conditions du commerce international et je refuse une accélération des transferts de technologie. N’oublions pas que la si forte sous-évaluation de la monnaie chinoise fausse les conditions de l’échange.

La France ne doit pas être silencieuse devant des enjeux aussi lourds et qui la concernent. La France doit faire entendre une voix différente, qui défend ses intérêts bien sûr, mais aussi les intérêts des faibles, des opprimés, des oubliés, ceux qui n’ont pour allié que le droit. Voilà ma conception du message international de la France."

Lien(s):
François Bayrou au Grand Rendez-vous Europe 1/TV5 Monde/Le Parisien Aujourd’hui en France, 8 janvier 2007
Vœux de François Bayrou, 9 janvier 2007