Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2008

Les dirigeants de l'Union européenne doivent s'interroger sur leur responsabilité collective dans l'échec à expliquer l'Europe

A la veille du Conseil européen, demain à Bruxelles, le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg,  a tenu un débat  avec le Conseil et la Commission pour évaluer l'impact du non référendaire irlandais au Traité de Lisbonne et ses implications sur l'agenda européen des prochains mois. 

watson490.jpgGraham Watson, président de l'ADLE, a déclaré : "A quelques jours de la présidence française, les chefs d'État et de gouvernement devraient se demander pourquoi on en est là. La Commission s'était donnée la peine d'un plan D comme dialogue avec les citoyens, les gouvernements des Vingt-Sept auraient été bien inspirés d'en faire autant. Parlement et Commission jouent leur rôle en expliquant l'UE, mais ce rôle aurait aussi du être quotidiennement assumé par chacun des gouvernements nationaux, et pas seulement dans les derniers jours d'une campagne référendaire"

"Mon groupe appelle le Conseil d'une part à se saisir des vrais problèmes, changement climatique, accroissement des échanges commerciaux, lutte contre la hausse des prix de l'alimentation et du carburant, et d'autre part invite ceux qui le veulent à poursuivre le processus de ratification du Traité".

duff290.jpgAndrew DUFF (LibDem, Royaume-Uni), porte-parole de l'ADLE pour les Affaires constitutionnelles : "Cet après-midi le Parlement de Westminster achèvera la ratification du Traité de Lisbonne. Il sera encourageant de voir pour une fois la Grande-Bretagne dire oui à l'Europe. Cela restaurera l'autorité morale et la crédibilité politique du Royaume-Uni et aidera les Irlandais à chercher un nouveau consensus basé sur moins de Libertas et davantage de Veritas".

"Il est paradoxal de voir les eurosceptiques britanniques préférer sacrifier la souveraineté de la Chambre des Communes sur l'autel d'un référendum se déroulant dans un pays étranger ! Le référendum est une forme brutale de démocratie, probablement adaptée aux périodes révolutionnaires,  mais totalement inadaptée pour décider de l'adoption d'un Traité révisé complexe"

cadrage.jpgMarielle DE SARNEZ (MoDem, France) a déclaré : "Depuis le Traité de Rome, le monde a  changé. Nous devons repenser, refonder le projet  européen pour qu'il réponde aux grands défis du siècle: crise financières, crise alimentaire, crise de l'énergie. Comment créer une croissance qualitative, durable et juste ?  Comment réduire les inégalités ? Comment parvenir à un nouvel équilibre du monde ? Voilà les questions auxquelles nous devons apporter des réponses, il est plus que temps que l'Europe se remette enfin à faire de la politique "

RTEmagicC_harkin290_jpg.jpgMarian HARKIN (Indépendante, Irlande) a souligné : "Il n'est possible de défendre la souveraineté irlandaise que si l'on reconnaît aussi la souveraineté des autres Etats membres. Le Traité de Lisbonne représente un vrai test pour le principe de l'unanimité et c'est bien là un défi pour les chefs d'Etat et de gouvernement! L'Irlande doit se voir reconnaître le droit de réfléchir sur son vote et répondre aux questions qu'il soulève. Quelque soient les solutions trouvées pour sortir de ce dilemme, l'Irlande devra demeurer au coeur de l'Europe".

01:11 Publié dans A la Une, Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, irlande, referendum, traite, lisbonne | | |  Facebook |

29/11/2007

Aucune nécessité d'un autre comité de sages pour débattre de l’avenir de l'Europe

dd15e97e0c15bc9b80aad70f808609d8.jpgS'adressant au premier ministre espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, aujourd'hui au cours d'un débat au Parlement européen sur l’avenir de l'Europe, Graham Watson (président de l'alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe) a exprimé son opposition à la suggestion du président Nicolas Sarkozy de créer un comité de sages afin de réfléchir sur l’avenir de l'Europe :

"Je ne vois aucune nécessité d'un autre groupe de sages pour discuter de l’avenir de l'Europe. Nous avons déjà fait cela. C’était la période de réflexion et elle est terminée."

"Nous sommes à mi parcours de la stratégie de Lisbonne et c’est seulement maintenant que nous accomplissons les progrès sur la croissance et l’emploi, que nous réalisons le marché unique, que nous libérons le potentiel de nos entrepreneurs et que nous mettons en place des voies légales pour la migration afin d’aider aussi bien les économies développées que celles en voie de développement."

"Ce n’est pas le moment de refaire l'Union à l'image de la France, ni de la modeler sur la vision britannique glorifiée d'une zone de libre échange. L’Europe a besoin davantage de politiciens qui soient disposés à mener et à adopter une approche paneuropéenne. M. Zapatero, votre vision d'une Europe intégrée, ouverte et compétitive est celle partagée par beaucoup et que les progressistes de tous les partis dans ce Parlement souhaitent voir réussir et se développer."

"L’Espagne est souvent et à juste titre félicitée pour son développement économique et sociale depuis qu’elle a rejoint notre union. Nous avons besoin d’autres pour suivre votre exemple et votre ambition pour une Europe prospère et ouverte."

34213458bf8f4f4c588d74b6a74cdc48.jpgIgnasi Guardans (CiU, Catalogne, Espagne) a plaidé pour que les actions soient cohérentes avec les mots :

"Nous devrions saluer l'engagement du président du gouvernement espagnol pour une Europe plus forte et dotée d’une véritable dimension politique. Mais il doit être jugé par ses actions et celles de son gouvernement."

"Il ne suffit pas de parler avec enthousiasme de l'Europe aux grandes occasions, si par la suite on ne se préoccupe que de politique intérieure, laissant ainsi le champ libre aux autres."

20:35 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : strategie, lisbonne, zapatero, sarkozy | | |  Facebook |

23/10/2007

CIG: Un Traité complexe mais qui redonne espoir dans la poursuite de l'intégration européenne

a6b219b3d3741b0e878e166743cd0e3b.jpgIntervenant aujourd'hui en session plénière du Parlement européen réuni à Strasbourg, à l'occasion d'un débat public consacré aux résultats du Sommet de Lisbonne et à la conclusion des négociations sur le Traité modificatif, Graham WATSON, président de l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe, a félicité la présidence portugaise d'être parvenu à doter l'UE d'un texte "qui donne à l'Europe les ressources institutionnelles requises pour faire face aux défis du futur".

 Il a toutefois déploré les ultimes arbitrages qui ont conduit à ce que le compromis final soit si complexe à comprendre. "Mais pouvait-il en être autrement après le caviardage effectué par les stylos croisés des hauts fonctionnaires des Vingt Sept ?", a-t-il souligné. "Pas un seul chef d'Etat et de gouvernement n'est retourné chez lui en brandissant le drapeau européen et tous sont restés drapés dans leur drapeau national, se vantant bruyamment des clauses dérogatoires et autres exemptions qui défigurent aujourd'hui ce texte", a regretté M. Watson.

3f5ab73cbae5dd018261b2f9f1fb208c.jpgAndrew DUFF (LibDem, Royaume-Uni), qui était observateur au sein de la Conférence intergouvernementale et présent à ce titre au Sommet de Lisbonne, a estimé que pour "26 pays ce Traité est une belle étape pour progresser de concert vers l'unité européenne, une étape d'une importance historique équivalente à celle de Maastricht".

"Dans un pays, ce n'est toutefois pas le cas"
, a-t-il déploré. "Les Anglais semblent toujours contrariés par le succès de l'Union européenne, et ont cherché lors de la CIG à réduire la portée et la force des politiques communes dans les domaines des droits fondamentaux, de la liberté, de la sécurité et de la justice et de la politique étrangère, de sécurité et de défense. Que cette stratégie de non-coopération soit dans l'intérêt des Britanniques n'est pas évident. Que ce soit le moins longtemps possible", a conclu M. Duff.

20:35 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, lisbonne, traité, CIG | | |  Facebook |

Traité modificatif : "Plus personne ne pourra prendre prétexte de l'absence de moyens institutionnels pour ne pas agir"

7feca9d1f7c2c68b12b1352698f85780.jpgIntervenant aujourd'hui en session plénière du Parlement européen réuni à Strasbourg, à l'occasion d'un débat public consacré aux résultats du Sommet de Lisbonne et à la conclusion des négociations sur le Traité modificatif, Marielle de Sarnez (UDF-Mouvement Démocrate, France), a déclaré : "L'Union européenne va se doter d'un nouveau Traité. On peut évidemment exprimer quelques regrets: regret de l'abandon des symboles de l'Union ; regret devant les dérogations obtenues pas certains; regret enfin, devant la complexité du Traité - dont je demande qu'il soit établi un texte consolidé pour que les citoyens s'y retrouvent. Mais il n'empêche, ce Traité va nous donner les moyens de relancer l'Europe pour autant qu'on le veuille".
"Avec ce texte l'union européenne va enfin se doter des outils qui lui permettront de poursuivre son intégration, d'élargir et d'approfondir ses politiques communes. En matière d'énergie, de changement climatique, de politique d'immigration, de lutte contre le terrorisme, de  coordination économique, de politique étrangère ou de défense, de politique de développement", a poursuivi Mme de Sarnez avant de remarquer : "L'Europe pourra désormais avancer, ce sera simplement une  question  de volonté politique. Mais plus personne ne pourra prendre prétexte de l'absence de moyens institutionnels pour ne pas agir".
 
"Désormais tout le monde devra faire face à ses responsabilités. Disant cela, je pense en particuliers aux Etas membres", a conclu Marielle de Sarnez. "Ceci est une bonne nouvelle pour l'Europe, et j'espère que ce sera une bonne nouvelle pour les citoyens."

09:40 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, lisbonne, traité, CIG | | |  Facebook |