Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2008

Poutine craint la démocratie

En éliminant la candidature de Mikhail Kassianov, Vladimir Poutine a prouvé qu'il craint la démocratie, empêchant à nouveau une opposition forte de défier le régime cette fois pour les élections présidentielles programmées début mars comme en décembre dernier lors des élections parlementaires.

faeea68cbc56e7af2684ada4f780b4e2.jpgGraham Watson, président de l'Alliance des Démocrates et des Libéraux au Parlement européen a condamné la décision de la commission électorale de Russie de refuser à M. Kassianov l'occasion d'affronter le Kremlin : "La décision des représentants des élections en Russie d'interdire le seul candidat présidentiel libéral - Mikhail Kassianov - à concourir n'est pas une surprise. Ce dernier épisode dans les annales de la démocratie russe prévoit sa mort lente et ne présage rien qui vaille pour les citoyens Russes lambda."

"Le sort du compatriote de M. Kassianov, Mikhail Khodorkovsky, est une autre preuve que le Kremlin n'a pas peur de se  salir ses mains quand il se sent menacé."


a3eb6ff139fdcdc88f991dbfd1d213af.jpgAnnemie Neyts-Uyttebroeck (VLD, Belgique), porte-parole de l'ADLE pour les relations étrangères et présidente du parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs (ELDR) était également critique, après avoir organisé une conférence sur les relations UE-Russie à Bruxelles jeudi dernier, à laquelle a assisté M. Kassianov.

"C'est un signe de faiblesse quand les autocrates empêche la critique et entrave les partis d'opposition d'exprimer leurs opinions librement. Poutine craint clairement la démocratie."

"La décision d'empêcher Mikhail Kassianov d'affronter le successeur de Poutine choisi par le Kremlin prive l'électorat d'un véritable choix et mine à la fois la légitimité des élections et celle de la personne qui réclamera la victoire par la suite."

03/12/2007

La popularité de Vladimir Poutine masque une démocratie profondément menacée en Russie

312c0b985d4afe2179b46516fdba4dd6.jpgDes résultats préliminaires indiquent que le président Vladimir Poutine et sa "Russie Unie" ont obtenu 63 % des voix. Avec une telle majorité, Vladimir Poutine va à nouveau briguer un mandat  pour diriger le pays, quelque soit le président élu en mars. Le Président des démocrates et des libéraux pour l'Europe, Graham WATSON a déclaré :

"Les résultats des élections montrent l'échec de l'Europe occidentale à comprendre la Russie et ses habitants. En Russie, comme en Biélorussie, quand les temps sont durs, les gens choisissent souvent ce qu'ils croient être la sécurité.  Le Président Vladimir Poutine a exploité avec succès les aspirations populaires en faveur de la sécurité, de  la stabilité et de la restauration de la fierté nationale. L'opprobre international qu'il porte comme une légion d'honneur a encore davantage renforcé sa crédibilité domestique. Cependant son populisme a tous les signes extérieurs d'un dictateur. La forte intimidation de la presse qu'il a imposée va de concert avec l'emprisonnement des dirigeants de l'opposition et des dirigeants de partis tels que Mikhail Khodorkovsky. Peut-être est-il temps pour le Conseil de l'Europe d'examiner si la Russie remplit toujours les conditions d'adhésion".

Janusz Onyszkiewicz (Palladium, Pologne), rapporteur sur les accords de partenariat et de coopération UE-Russie, a quant à lui déclaré :

f0fb3799fef632f4bb62b16ed1f8bcb0.jpg"Les résultats à la Douma russe ont confirmé toutes les prévisions. L'utilisation sans scrupules des moyens gouvernementaux et présidentiels pour soutenir uniquement un parti politique, la surveillance (souvent par les forces de police) de l'opposition démocratique, pratiquement privée de moyens financiers ainsi que d'accès aux médias électroniques a transformé les élections en référendum "pour ou contre" le candidat président sortant Vladimir Poutine. Les résultats des élections se lisent d'un côté comme l'élimination complète de l'opposition démocratique de la vie politique, ce qui la rend financièrement insolvable et intrinsèquement encore plus faible, et d'un autre côté ces résultats donneront plein pouvoir sur toutes les institutions politiques en faveur d'une personne dont le programme vise à construire un Etat encore plus fort, et celà peut mener à une dictature autocratique".

En outre, il est consternant de noter le fait qu'Andreï Lugovoï, suspecté d'avoir tué Alexandre Litvinenko, a gagné un siège parlementaire ce qui lui donne l'immunité.

21:20 Publié dans Stratégie économique et européenne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Poutine, russie, démocratie, election | | |  Facebook |